Lyon et ses musiques militaires, 200 ans d’histoire / d’images
Hervé BLANLUET
Blanluet, Hervé. Lyon et ses musiques militaires, 200 ans d’histoire / d’images.

Éditions : Commandement des Musiques de l’Armée de Terre / Musique de l’Artillerie
Date de publication : 2021
Nombre de pages : 88 / 116

Lire → Lyon et ses musiques militaires, 200 ans d’histoire / d’images – Hervé BLANLUET

Présentation

Voilà (enfin !) un ouvrage rafraichissant et attendu. Hervé Blanluet n’est pas historien et ne le revendique pas. Il est en revanche un musicien et surtout un passionné de « sa » musique. Nous avons la chance de le connaître depuis de nombreuses années et ce n’est pas sans un certain étonnement que nous échangeâmes il y a quelques mois autour de ce qui n’était alors qu’un projet. Et l’ouvrage paru. C’est le fruit de nombreuses heures de recherche que nous livre Hervé Blanluet avec une modestie dont il ne peut se départir. Il nous faut garder notre œil critique pour dire ici notre admiration pour ce travail. Aucune publication de cette nature ne fut jamais réalisée sur une ville de garnison d’importance. C’est une première et Lyon peut en être fière.
Hervé Blanluet s’est interrogé sur les origines de la musique militaire à Lyon. Il lui fallut effectuer un travail d’archiviste, collecter et vérifier ses sources, essayer d’aller à l’exhaustivité sans être redondant, bref, tout ce qu’un universitaire apprend à faire à l’occasion de ses études. Très vite la matière s’est révélée abondante et riche en informations diverses. Le plan de rédaction est chronologique et c’est en effet la bonne approche pour donner une logique, un enchaînement des temps anciens sans qu’aucune rupture profonde ne soit perceptible. L’étude débute dans la période moderne, au XVIe siècle et elle montre l’omniprésence de forces armées dans une capitale régionale qui fut frontalière. Elle montre aussi l’importance des milices urbaines et des pratiques musicales associées. Il y a un véritable manque en musicologie sur ce dernier sujet et aborder cela n’est pas la moindre des qualités de cette étude.
Le travail devient d’une très grande richesse à partir de l’étude du XIXe siècle. L’historique fait apparaître un phénomène bien oublié aujourd’hui, le grand nombre de musiques des régiments de ligne et de cavalerie qu’une seule ville de casernement pouvait recevoir en même temps. Le nombre voisine les six formations musicales qui donnent, sous la Troisième République des dizaines de concerts publics et gratuits dans les kiosques et les squares lyonnais.
Le fil principal de ce travail reste l’historique d’une de ces musiques, la plus emblématique de Lyon, celle du 99e Régiment d’Infanterie et le tour de force d’Hervé Blanluet est de démontrer la grande continuité qu’il y eut entre cette musique d’appelés et les formations issues de la professionnalisation, le plus difficile sans doute étant de ne pas se perdre dans les nombreux changements d’appellation en 133 années d’existence. L’actuelle Musique de l’Artillerie, dirigée par Laurent Arandel est une formation musicale chère aux cœurs des Lyonnais et Hervé Blanluet a su lui redonner sa mémoire.
Le second volume est consacré aux illustrations et contient de précieuses photographies de 1900 à nos jours, particulièrement intéressantes pour les périodes d’exception : les deux guerres mondiales, et notamment la Musique de l’Armée Secrète ou F.F.I. de la Loire en 1944.
Nous ne pouvons qu’espérer que ce genre d’étude se multiplie pour l’ensemble des formations musicales des armées. La vision centralistes des musiques principales parisiennes ne doit pas faire oublier ces formations de province. Nous espérons seulement que leurs moyens humains et matériels puissent s’étoffer afin de permettre à ces ensembles de qualité de pouvoir aborder les pièces de « grand répertoire » sans être limité par des effectifs trop étriqués.

— Patrick Péronnet

Résumé

Au contact de la population depuis leur organisation officielle en 1766, les orchestres régimentaires sont les oubliés de l’histoire culturelle. Pour la métropole lyonnaise, le Major Blanluet nous offre donc un travail novateur. Sous-chef de la Musique de l’artillerie, formation héritière de celle du 99e RI et toujours stationnée à Lyon, il était donc idéalement placé pour conduire ce projet qui devrait servir d’exemple. En effet, les nombreux historiques régimentaires ne présentent pas l’orchestre de leur unité et ses musiciens. Pourtant, ces formations entretenaient des liens culturels très appréciés dans les villes de garnison. Ainsi les chefs d’orchestres, grands professionnels, sont trop souvent et injustement cantonnés aux coulisses de l’histoire militaire et culturelle. Cette étude est donc bienvenue et nous plonge dans l’histoire des orchestres militaires de Lyon, 3e ville de France et cité dotée d’une longue histoire culturelle. L’auteur remonte bien au-delà des 200 ans en expliquant comment la ville faisait appel à des musiciens pour animer ses festivités, depuis les entrées du roi et les cavalcades. La première formation spécifiquement militaire identifiée est un orchestre de la Garde nationale de 60 musiciens créé en octobre 1795.
De grands musiciens
Un des grands intérêts de l’ouvrage est de fournir un inventaire des formations qui se sont succédées dans la ville. Une étude particulière est réservée à celles restées en garnison plus de 10 ans. L’inventaire fournit les biographies des chefs de musique. On y retrouve des personnalités connues ou oubliées comme l’illustre Paul Cappé (compositeur de l’Hymne de l’Infanterie de marine), Charles Leroux (enseignant du solfège aux Japonais), le compositeur Francis Popy, Claude Laty (1er chef de la musique de l’Air), Pierre Degenne (rédacteur de Musiciens & armées), Jean Maillot qui dirigera la Musique des équipages de la Flotte de Toulon, parmi de nombreux autres et bien sûr les musiciens actuels dirigés par le chef de musique Laurent Arandel. Ces biographies sont complétées par les listes des formations avec leurs années de présence, durée, etc. Elles offrent des outils très appréciables sur ces orchestres et leur audience locale.
La grande histoire culturelle locale
Le 2e volume fournit un grand nombre d’illustrations généralement inédites complétant le 1er volume déjà largement illustré. Les orchestres sont destinés à faire entendre de la musique, les photos et les programmes témoignent de leur existence et font aussi revivre ces formations dans leur époque. […] C’est tout un pan méconnu de l’histoire culturelle française qui est mis à jour. Une histoire musicale populaire trop souvent négligée. On peut souhaiter qu’après ces publications pour la métropole lyonnaise, les autres grandes villes de France soient couvertes par un travail de cette qualité.

— Thierry Bouzard
Theatrum Belli
20 février 2022

L’auteur

Hervé Blanluet est né en 1967. Originaire de la région orléanaise, hautboïste (et spécialiste du cor anglais), il intègre l’Armée de Terre et y fait carrière. Lyonnais depuis quelques années, il est Major Sous-chef de Musique à la Musique de l’Artillerie.